Chaque semaine, une image parmi les 55 000 prises par Olivier Prévôt est publiée sur ce site afin d'illustrer la diversité de ses intérêts, des personnes qu'il a rencontrées et des lieux qu'il a parcourus.

Berger - le 21 octobre 2010, Ağrı, Turquie

En octobre 2010, Olivier effectua un nouveau séjour dans l'extrême Est de la Turquie. Il se rendit une nouvelle fois à Ağrı.

Il y avait un grand marché aux bestiaux, qu'il avait déjà parcouru un peu moins d'un an auparavant. Il y était déjà repassé quatre fois durant ce séjour, avec les deux premiers jours une pluie froide et un ciel sombre. Mais cette fois, le beau temps était revenu et la place était inondée de soleil. Il photographia beaucoup les agriculteurs et bergers à coté de leurs animaux. Il fit de nombreux portraits.

Un jeune berger - en fait un vacher - l'intéressa : il le pris plusieurs fois en photo. Il s'agit de la cinquième image de la série. Il l'a bien notée, comme trois autres.

La photographie est centrée verticalement sur le jeune homme. Il s'appuie mollement sur son bâton et regarde Olivier. À l'arrière plan, le troupeau de bovins reste quasiment immobile sur la terre battue et les galets.

Cette photographie est un peu différente de l'ensemble de celles du travail d'Olivier. Le ciel, comme toujours, occupe une place importante. Mais la prise de vue est décentrée : la ligne horizontale du milieu de l'image passe par le bas de la poche du blouson du jeune homme, la ligne d'horizon est au tiers inférieur (là c'est une caractéristique de son travail). Olivier s'est donc agenouillé ou accroupi pour prendre la photographie. Ce que traduit d'ailleurs la direction du regard du jeune homme qui fixe l'appareil, regard dirigé vers le bas. Avec l'objectif utilisé, il n'y a pas de déformation.

La présentation de cette photographie fait suite à deux articles sur ce marché d'Ağrı : le 21 septembre 2020 et le 28 septembre 2020.

La série des vues prises de ce jeune homme montre la recherche d'Olivier de la meilleure vue possible par tâtonnement. J'en ai extrait trois où chacune aborde un aspect différent.

J'aurais choisi de préférence cette photographie ci-dessus parmi les 9 de la série. Le jeune homme est de profil, comme surpris par l'appareil d'Olivier. Mais son regard est bienveillant, avec un sourire à peine esquissé. Son visage est pleinement le sujet de l'image. Olivier l'a cependant un peu moins bien notée.

Dans ce nouvel essai, le décentrement coutumier de son travail reste encore peu marqué. Le jeune homme est plus sévère que sur les deux précédentes photograpies. Il semble presque apostropher Olivier, qui s'était redressé pour le photographier (elle a été prise après celle qui est l'image de la semaine).

Là c'est véritablement le style de portrait d'Olivier. Le décentrement est marqué, la part du ciel est prépondérante. Le premier plan, insignifiant, occupe tout le tiers inférieur. Les animaux sont nettement visibles, presque sujet secondaire. Le jeune homme est totalement représenté. Tout l'ensemble est statique. Elle a été aussi bien notée que celle choisie comme image de la semaine.

Les photographies de ce séjour ont presque toutes été exceptionnelles et plusieurs ont déjà fait l'objet d'une publication dans l'ouvrage Dans la nuit kurde. Le marché au bestiaux d'Ağrı sera le sujet à lui seul d'un prochain catalogue.

Image du 13 octobre 2020 - semaine 42 de 2020.

Archives des images de la semaine de l'année 2020

Galerie des images de la semaine - année 2019

Archives des images de la semaine de l'année 2019

  Image semaine précédente ►