Chaque semaine, une image parmi les 55 000 prises par Olivier Prévôt a été publiée sur ce site afin d'illustrer la diversité de ses intérêts, des personnes qu'il a rencontrées et des lieux qu'il a parcourus.

Le pompage de carburant - le 21 juin 2010, Azrak, Jordanie

Début juin 2010, Olivier partit pour le Koweït et termina son séjour en Jordanie, en particulier à Amman, mais aussi dans une petite ville sur la route vers l'Arabie Saoudite, à une centaine de kilomètres d'Amman, Azrak.

En fin de soirée, il s'est un peu éloigné du centre de cette ville étape en longeant la route principale, longeant les aires de stationnement et multiples garages routiers de cette voie de communication entre l'Arabie Saoudite et la Jordanie. Il revint à la nuit vers ces garages en photographiant les camions et chauffeurs qui s'apprêtaient à passer la nuit. Il s'arrêta devant une station d'essence, et y pris plusieurs photographies.

L'image est dominée par le noir de la nuit, de tous les cotés. Au centre, sur moins d'un cinquième de la largeur et du tiers de la hauteur, se trouve un rectangle vivement éclairé. Un homme, à coté de bidons rouges, tient un tuyau que l'on voit être raccordé à une pompe sur le sol devant l'ouverture du local. On le distingue mal, à peine son visage et ses habits. Le sol devant l'atelier, éclairé seulement sur une mince bande par la lumière filtrant de l'intérieur, reflète plus intensément la lumière dans les parties imprégnées de gazole. À gauche, se devine un empilement de pneus de roue de camion. À droite, à part un bidon et une ouverture un peu éclairée, rien ne peut se détailler. Au dessus, émergeant derrière le toit du garage, un arbre se dessine très difficilement visible sur le ciel noir.

Cette photographie est marquée par plusieurs caractéristiques des photographies d'Olivier. D'abord par le thème du travail : il s'agit d'un thème récurrent chez lui, pour les portraits. Ensuite il a beaucoup produit de photographies de nuit, photographiant sans flash, laissant une grande place au noir et couleurs sombres. Pour le genre portrait, dans ses deux façons de les prendre - soit en cadrant uniquement le visage, soit avec le sujet complètement intégré dans son milieu -, cette image, plus que beaucoup d'autres du même style, donne une place prépondérante au contexte : l'homme photographié n'en est le sujet que par la centralité que lui confère l'éclairage. Ce que souligne cette composition est surtout l'ambiance du travail de cet homme au milieu des bidons et des pneus, homme presque rapetissé par l'effet de projecteur de l'intensité de la lampe dans cet endroit endroit uniquement éclairé par elle. C'est aussi l'atmosphère de la solitude du travail qui rappelle beaucoup d'autres de ses photographies (une autre image du catalogue Dans la nuit Kurde page 57, très différente par son contexte, rappelle en plus fort cette ambiance très touchante de l'homme seul au travail).

Olivier n'a pris que deux photographies de cet homme et de ce bâtiment et il s'agit de la première. Il l'a bien notée, alors que la dernière, bien que très semblable, n'a eu aucune note.  

Cette image, très semblable à l'image de la semaine, prise quelques secondes plus tard, est un peu moins forte : les contrastes sont moindres dus à un temps d'exposition plus important, le cadrage est un peu moins resserré avec un recul un peu plus important de la prise. Elle n'a pas été notée par Olivier.

Toutes ces images pourraient participer à un nouveau catalogue spécifique sur cette petite ville dans le désert, avec les camionneurs qui y transitent.

Image du 29 mars 2021 - semaine 13 de 2021.

Archives des images de la semaine de l'année 2021

Galerie des images de la semaine - année 2020

Archives des images de la semaine de l'année 2020

Galerie des images de la semaine - année 2019

Archives des images de la semaine de l'année 2019

◄ Image semaine suivante   Image semaine précédente ►